Un « Jour de colère » dans la confusion.

A l’appel du collectif  « Jour de colère », une agrégation d’une cinquantaine  d’associations, plusieurs milliers de personnes ont défilé ce dimanche après-midi autour d’un même mot d’ordre : « Hollande démission ».  Ils étaient 17 000 selon la police et 160 000 selon les organisateurs. Mais les raisons de cette mobilisation sont restées multiples et confuses.

 C’est sous un ciel maussade que huit cortèges se sont retrouvés à la Bastille  pour marcher jusqu’aux Invalides sous la bannière commune « Hollande démision ». Hausse de la fiscalité, défense de « la liberté d’expression » de Dieudonné, « islamisation »de la France, chômage, opposition au mariage pour tous, destitution du président de la République étaient autant de revendications hétéroclites exprimées lors de ce rassemblement.

« C’est  à l’image de la France » nous confiait un jeune supporteur de Dieudonné, « pas dérangé» par le fait de battre le pavé avec l’extrême droite. « Je suis déçu par les médias et par les politiques. J’ai voté Hollande mais maintenant, une chose est sûre, je ne voterai plus».  Le mouvement catholique intégriste Civitas était présent ainsi que le comité Lepante qui se présente sur son site internet comme un « observatoire de l’islamisation des sociétés européennes ». Génération Patriotes, un groupuscule d’extrême droite était aussi de la partie. Frédéric Pichon (un ancien du GUD et soutien du Printemps français) arborait comme le twittait mediapart un bonnet rouge à la manière bretonne.

Fin de la manifestation, aux Invalides.

Fin de la manifestation, aux Invalides.

Les théories complotistes comme trait d’union 

La rhétorique complotiste  étaient au cœur des conversations. Le défilé a été ponctué d’accusations envers les médias «sionistes et collaborateurs»,  la dénonciation d’une «dictature socialiste», d’ «atteinte à la liberté d’expression» et d’«islamisation de la France»  étaient les thèmes partagés.

Des injures homophobes, antisémites et anti-journalistes, ainsi que de nombreuses «quenelles», signe subversif créée par Dieudonné ont été observés.

Selon plusieurs médias, des partisans d’Yves Benedetti, leader de l’Œuvre française, dissoute l’été dernier, ont été aperçus.

Canaliser cet étrange conglomérat n’a pas été une mince affaire pour les organisateurs. Le groupuscule « Riposte laïque » avait ainsi annoncé sur son site internet: «Il est impensable que les soutiens antisémites pro-islam de Dieudonné manifestent à nos côtés avec barbus et femmes voilées, tout simplement». Les obscures guerres idéologiques groupusculaires ont culminé quand la présence d’Alain Soral, proche de Dieudonné a « suscité le malaise chez les partisans anti-islamisation de l’écrivain Renaud Camus» rapporte un article du monde.fr.

Dans un tout autre registre, de plus jeunes manifestants, attirés par les réseaux sociaux  abordaient la vie privée du chef de l’Etat ou les choix économiques et politiques du gouvernement. Pour certains d’entre-deux, il s’agissait d’une première manifestation et d’un premier engagement politique. De nombreux autres mouvements de protestation se sont servis du « Jour de colère »  pour faire entendre leurs voix, c’est le cas des opposants à « l’équitaxe », les travailleurs transfrontaliers avec la Suisse, les opposants à la métropolisation et les catholiques en colères.

Retrouvez sur le Huffington Post la cinquantaine de mouvements qui soutiennent et participent au Jour de Colère.

Tour de chauffe pour le Printemps Français

Le Printemps Français, le mouvement de Béatrice Bourges qui rassemble les opposants les plus radicaux au mariage homosexuel avait également mobilisé.

A 17H15,  la manifestation est arrivée à son terminus, place des Invalides. Des « orateurs » se sont alors succédés à la tribune déclamant avec peine des discours aussi confus que variés. Chômage, famille, élites corrompues, identité française mais aussi la vie privée du président de la République ont été évoqués pèle mêle à l’image de la manifestation.

L’appel à la destitution du président de la République

Une heure plus tard, dans un communiqué les organisateurs ont appelé à la destitution de François Hollande par le Parlement .Et Béatrice Bourge d’annoncer sur fond de musique apocalyptique le début d’un «jeûne illimité»… »Rendez-nous l’Elysée (…) Cela peut se faire grâce à l’article 68 de la Constitution alors j’ai décidé Mr Hollande ! Je plante..ma tente ! » 

La manifestation dégénère dès l’appel au calme 

Beaucoup de jeunes portent des bonnets rouges.

Beaucoup de jeunes portent des bonnets rouges.

Après un appel au calme confus et une dernière marseillaise, des heurts ont immédiatement opposé avenue Villars et sur la place des Invalides des manifestants aux forces de l’ordre.  Aux cris de « on va tout casser » et « ça va péter » plusieurs centaines de manifestants ont lancé des projectiles (barres de fer, bouteilles, feux d’artifices, poubelles) sur les cordons de CRS. Les policiers ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes.  Après une bonne heure, les policiers ont ramené un calme relatif alors que les derniers contestataires scandaient  » les flics à Barbès« ; « CRS en banlieue« , « dictature socialiste ». Selon un bilan provisoire communiqué par la police et cité par Le Parisien  » 25O personnes ont été interpellées en début de manifestation (…) Dix-neuf policiers ont été blessés, dont l’un a reçu un pavé sur la machoire. Douze personnes ont notamment été interpellées en début de manifestation, dont cinq pour « port d’armes prohibées ».

IMG_6686

Un CRS est blessé lors des affrontements.

Un CRS est blessé lors des affrontements.

Vidéo: Jean Ranco

Montage vidéo: Jean Ranco, Maxime François

Photographies: Maxime François

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s